Il Nuovo Ciclismo

Versione completa: Pavel Sivakov
Al momento stai visualizzando i contenuti in una versione ridotta. Visualizza la versione completa e formattata.
Pagine: 1 2
Interview : Pavel Sivakov "Le travail a porté ses fruits"

Suite à sa victoire lors du Baby Giro, Pavel Sivakov a répondu à nos questions. Pour nous, il revient en détails sur sa course, tout en évoquant ses prochains objectifs cette saison.


Bonjour Pavel, après la Ronde de l’Isard, tu nous disais que ton prochain objectif serait le Baby Giro. Quel est le sentiment qui domine après ton succès ?

Bonjour, en effet le Giro U23 était mon grand objectif de la saison. C’est vraiment la course que nous avons ciblé dès cet hiver avec mon entraîneur. J’ai beaucoup travaillé en vue de celle-ci en effectuant notamment un stage en altitude à Font-Romeu, directement après la Ronde de l’Isard. Je suis donc extrêmement content que tout le travail effectué en amont ait porté ses fruits.

Peux-tu revenir un peu sur ta course, quels ont été les moments-clés pour toi, ceux où la course aurait pu basculer ?

Pour moi les moments clés ont été lors de la 3ème étape, très difficile, où nous arrivons à 6 pour la gagne, en créant un écart conséquent sur nos poursuivants. C’est ce jour là que les protagonistes pour la victoire finale se sont dégagés. Le contre-la-montre a également été un moment très important de la course mais que j’ai réussi à gérer comme il le fallait. Globalement il fallait être présent tous les jours pour ne pas perdre de temps, voir d’en gagner en essayant de prendre des secondes de bonifications lors des arrivées. La clé de mon succès a été mon équipe, avec au départ Tanguy Turgis, Pascal Eenkhoorn, Patrick Muller, Bram Welten et Jasper Philipsen. Je pense que notre formation était la meilleure durant la course, nous avons pu répondre présent tous les jours, et les gars ont vraiment effectué un travail incroyable pour me mettre en position de gagner le classement général.

En voyant la vidéo de l’ascension finale de la dernière étape, on te sent vraiment tout en gestion et en contrôle. Est-ce que tu as douté dans le dernier kilomètre, au moment où tu t’es retrouvé seul avec Hamilton et Hindley ?

L’ascension finale était vraiment roulante, seulement les 4-5 derniers kilomètres présentaient des pourcentages conséquents, de plus la route était la plupart du temps exposée à un vent de face. L’équipe à effectué encore une fois un travail incroyable en me plaçant parfaitement au pied du col, puis Patrick Muller a fini le boulot en faisant la plus grande partie du col, afin de neutraliser les attaques adverses et m’amener dans la partie finale du col. J’ai été surpris de ne pas voir attaquer les australiens plus tôt, c’est Mark Padun qui a lancé les hostilités mais j’ai tout de suite pu répondre présent dans sa roue, j’ai même effectué une contre attaque afin de montrer aux autres que ce serait difficile de me lâcher, je pense que ça a marché car Hamilton et Hindley ont attaqué seulement à 1km de l’arrivée. Les 300 derniers mètres on été très difficiles derrière eux. Je me suis vraiment fait peur à 150m, j’étais dans la roue de Hamilton, et sans le vouloir il a effectué un écart vers l’intérieur, ce qui m’a fait taper ma pédale contre une barrière, j’ai donc failli tomber et par la même occasion perdu sa roue, heureusement cela ne m’a pas coûté la victoire finale.

Comment situerais-tu ce Baby Giro par rapport aux autres courses par étapes auxquelles tu as participé, est-ce que le niveau y est plus relevé ?

C’est vraiment la plus grosse course par étapes chez les U23 avec le Tour de l’Avenir, le niveau était très relevé avec les meilleurs mondiaux au départ. De plus l’organisation était vraiment exceptionnelle et l’engouement des Italiens pour le Giro est quelque chose de spécial.

Dans quel état de fatigue te trouves-tu après ce Giro ?


Ce Giro m’a vraiment fatigué, le température était supérieure à 30 degrés tous les jours, et la course était toujours très rapide. Je dirais même que la course m’a plus épuisé moralement que physiquement, j’ai pris le maillot rose au bout de 3 jours de courses, ça rajoute donc une pression supplémentaire sur les épaules, de plus il fallait également se présenter après les étapes aux cérémonies protocolaires, ce qui engendre une fatigue supplémentaire.

Vas-tu prendre un peu de repos désormais ?

Je vais prendre un petit peu de repos effectivement, afin de pouvoir reprendre une bonne préparation en vue du Tour de l’Avenir, une préparation qui passera également par le difficile Tour du Val d’Aoste, sur lequel j’irai sans aucune pression.

Pour conclure sur une note plus légère, tu es d’origine russe, mais réside dans le Sud-Ouest, plutôt pain au chocolat ou chocolatine ?

Chocolatine bien sur!

Velo-club.net
Isard, Giro Under, Valle d'Aosta. Una stagione dal genere non si vedeva dai tempi di Popovyc, con la differenza che il Popo andava forte su ogni terreno, questo invece è già bello instradato in direzione corse a tappe.

Ci credevo in lui, ma al Giro dopo lo scontro con Hamilton pensavo che, per quanto forte e vincente, non avrebbe vinto anche il Valle d'Aosta e un altro anno tra gli U23 gli avrebbe fatto bene. E invece al Valle d'Aosta mi ha incantato, non tanto perché ha vinto (Hamilton e Hindley alla fine non li ha affrontati), ma per come ha vinto. Da corridore con una mentalità e una cattiveria agonistica che stanno su un altro pianeta.

Si è sbarazzato di Lambrecht e Storer già sullo sterrato e il giorno dopo, benché gli bastasse staccare Carboni negli ultimi km di Cervinia, ha, invece, preferito partire ai -40 con un'azione à la Coppi infliggendo distacchi d'altri tempi e ammazzando letteralmente la corsa.

Nel 2011 dissi che Froome avrebbe vinto 5 Tour de France (magari si ferma al poker, ma tant'è). Oggi mi sento di dire che anche Sivakov ne vincerà di Boucle. Il ragazzo è speciale, ha un motore cinque stelle e la testa del campionissimo d'antan.
Ho visto il video su you tube della terza tappa, ho avuto una sensazione alla "Froome" ma non saprei identificarla. Sta molto meglio in bicicletta, più composto (nonostante la salita e la stanchezza della fuga). 
I video sono troppo discontinui per trarre altre impressioni, su lui e sugli altri, peccato. 

Una serie di topic sulle annate, una sorta di ranking in itinere, sarebbe interessante. 

Una domanda Paglia, difficile ma tanto per provare a immaginare: al Tour tra cinque anni quali tra questi ragazzi potrebbero essere protagonisti, Gaudu, Sivakov, chi altri? E italiani? Ravasi?
Il ranking c'è Asd

In nottata magari butto giù due stats così vediamo quanti ne ho messi per annata, nazione, squadra.

Di quelli già pro direi: Gaudu, Miguel Angel Lopez, Bernal, Mas della Quick Step. Forse De Plus, Schlegel. Robert Power dell'Orica era un crack, ma ha avuto dei problemi fisici abbastanza gravi.

Tra quelli che sono U23 sicuramente Sivakov e Hamilton che a me piace da morire (Nibalesco in bicicletta). Hindley pure anche se mi impressiona meno. Lambrecht potrebbe avere un futuro à la Dan Martin. Pogacar è un altro su cui sono pronto a scommettere, fortissimo in salita.

Da tenere sottocchio anche gli altri due australiani Storer e Stannard, il secondo è un aspirante Valverde dell'emisfero australe. Vanhoucke il gemello di Lambrecht che ama l'Italia anche è molto interessante. Poi ci sono gli americani, Costa era un crack, ma dopo la morte del compagno di squadra pare abbia perso passione per il ciclismo. McNulty altro mio grande pallino, motore incredibile, è magrissimo, ma a crono è un califfo. Poi sicuramente qualcuno tra Padun, Knox, Davies, Eg, Cras qualcosa combinerà.

Inoltre io ho un debole per il russo Nikolay Cherkasov che non ha un super motore, ma ha fondo e sa cavarsela su ogni percorso.

Noi italiani produciamo quasi solo scalatori, dunque qualcosa ci salterà fuori:
1993 Petilli, Conti
1994 Ciccone, Ravasi
1995 Fabbro, Carboni
1997 Conci, Covili
1998 Monaco (amico di Zelk)

Io ho un debole per Ravasi e si sa.

Fabbro se mette a posto un po' di cose può diventare un signor scalatore. Carboni è più completo, ma forse ha meno margine. Al fu Gershwin piaceva anche Zaccanti, ma non credo che possa diventare qualcosa più che un buon mestierante.

Conci è un talento cristallino. Covili mi pare stia seguendo il percorso di Aru in Palazzago. Monaco per essere un primo anno ITALIANO va forte.
Devastante al Valle d'Aosta

Al Giro lo davo per sicuro vincitore invece ha faticato molto qua invece ha sbaragliato tutto e tutti
Interview : Pavel Sivakov "Le succès au Giro reste le plus abouti"
Interviews
Une nouvelle fois, Pavel Sivakov a pris le temps de répondre à nos questions après son succès lors du Tour du Val 'Aoste. Pour Velo-Club, le jeune espoir de la BMC revient sur sa course, mais aussi sur ses ambitions pour la suite de la saison.



Bonjour Pavel, après ton succès au Giro, tu nous avais indiqué ne pas viser la victoire au Val d’Aoste. Est-ce que tu t’es surpris de nouveau pendant la course par rapport à ton niveau ?

Bonjour, oui effectivement je me présentais au départ sans pression, mais aussi dans l’optique d’aider l’équipe si je n’étais pas au top, mais je savais également que je pouvais bien faire, car je suis sur un très bon niveau cette saison. Mais je comme je n’avais pas couru depuis un moment, je ne pensais pas pouvoir être si bien dès le premier jour. J’ai ensuite compris que j’allais pouvoir jouer les premiers rôles.

Si les écarts étaient serrés au Giro, tu as vraiment fait la différence au Val d’Aoste, est-ce que tu t’attendais à ce que les choses soient plus compliquées ?

Oui je ne pensais pas pouvoir créer de tels écarts, j’ai réussi à prendre pas mal de temps sur mes adversaires au fil des étapes, malgré une chute sur la première étape après le prologue. Au Giro les écarts étaient serrés car le parcours en lui même était beaucoup moins montagneux qu'au Val d’Aoste. Je pense que nous avons assisté à une des éditions les plus difficiles.

Entre l’Isard, où tu gagnes à domicile, le Giro où les choses étaient serrées jusqu’au bout, et cette victoire avec plus d’écarts, quel est le succès le plus abouti selon toi ?

Pour moi le succès le plus abouti reste le Giro, car c’est le rendez-vous que j’ai coché avec mon entraîneur cet hiver, et c’est une énorme satisfaction de pouvoir réaliser son objectif.

On connaît la force collective de la BMC, et même si il est de coutume de toujours remercier ses co-équipiers, quel est l’impact réel de la force de ton équipe sur tes résultats selon toi ? Est-ce un véritable avantage par rapport à la concurrence ?

Oui mon équipe a été un réel avantage lors de ces 3 courses par étapes, ils m’ont soutenu de manière incroyable. Grâce à notre collectif nous avons par exemple pu faire basculer le Val d’Aoste, en faisant tout exploser dans une descente sur l’étape reine. Au Giro où les écarts étaient faibles et les attaques fusaient tout les jours, ils leur a fallu réaliser un travail énorme, et je les remercie énormément, ces 3 victoires sont également celles de mes coéquipiers. De plus l’ambiance dans l’équipe est juste super !

Quid de la suite de la saison, tu nous indiquais récemment viser le Tour de l’Avenir, est-ce un possibilité d’effectuer un stage au sein du World-Tour à la place, ou est-ce que ce n’est pas du tout à l’ordre du jour ?

Non je ne vais pas être stagiaire cette saison, je vais me concentrer et préparer le Tour de l’Avenir.

Puisque l’on évoque le World-Tour, on a entendu depuis quelques jours différentes rumeurs sur ton avenir. Est-ce que pour toi la voie logique à suivre, c’est la BMC, ou bien es-tu aussi ouvert à la possibilité de rejoindre une autre équipe en 2018 ?

Je préfère ne rien communiquer à ce propos pour le moment.

Pour conclure, on sent les suiveurs de plus en plus attentifs à tes performances, est-ce que tu ressens une forme de pression supplémentaire autour de toi, plus de sollicitations de la part de la presse depuis quelques temps ?

Non pour le moment je ne ressens pas de pression supplémentaire, ni plus de sollicitations de la part de la presse, même si mon nom est maintenant un peu plus connu de la part des suiveurs.

Velo-club.net
4° alla prima corsa in vita sua tra i pro.
Oggi me l'ero perso perché ero fuori....ho recuperato poco fa mentre facevo addominali.

Usato da stopper su De Gendt....un po' un peccato, ma vabbé.

E' vederlo in bici che fa impressione.

Posizione perfetta, leve lunghissime, gran frequenza di pedalata nonostante un rapporto abbastanza lungo.

Per ora lo stanno gestendo à la Moscon...spero lo mandino al California dove potrebbe avere un ruolo un po' più importante rispetto a Baschi e Romandia.
Per ora rimane russo nonostante il passaporto francese. Attualmente vede più possibilità con la nazionale russa avendo meno concorrenza e ha detto di avere 3 anni per decidere sulla nazionalità

http://www.cyclingnews.com/news/sivakov-...-romandie/
Oggi si è messo dietro tutti gli uomini di classifica.

L'anno scorso non andava così a crono.
Sta facendo un super Catalunya e va anche più forte di Sosa.

Però, che tristezza vederlo così.

Sarebbe bello avere lui, Sosa e Bernal in tre squadre diverse.
Prima vittoria da professionista alla sua maniera, all'attacco.
Oggi ha dato sfoggio della sua completezza e della sua intelligenza: bravo a mantenere la calma una volta ripreso da Hirt e nella scelta del rapporto per lo strappo finale.

Sarebbe bello se la Sky corresse più spesso come oggi nelle brevi corse a tappe.

Al Catalogna Sivakov era in grande forma ma era ancorato al lavoro di scrematura del gruppo, attaccando invece avrebbe potuto rappresentare un utile grimaldello tattico in favore di Bernal.

Inoltre è fondamentale per un corridore così giovane fare esperienza, se non come capitano, almeno da mezza punta, per capire come muoversi quando si è al vento e magari c'è in palio la vittoria.
buona la prima finalmente!

e speriamo che davvero la Sky inizi ad usarlo a dovere
E' un vincente nato.

Da notare che è cresciuto giorno dopo giorno. Oggi era più forte che mai.
(16-07-2017, 08:46 PM)OldGiBi Ha scritto: [ -> ]Una domanda Paglia, difficile ma tanto per provare a immaginare: al Tour tra cinque anni quali tra questi ragazzi potrebbero essere protagonisti, Gaudu, Sivakov, chi altri? E italiani? Ravasi?

(16-07-2017, 09:57 PM)Luciano Pagliarini Ha scritto: [ -> ]Di quelli già pro direi: Gaudu, Miguel Angel Lopez, Bernal, Mas della Quick Step.

Tra quelli che sono U23 sicuramente Sivakov e Hamilton che a me piace da morire (Nibalesco in bicicletta). Hindley pure anche se mi impressiona meno. Lambrecht potrebbe avere un futuro à la Dan Martin. Pogacar è un altro su cui sono pronto a scommettere, fortissimo in salita.

McNulty altro mio grande pallino, motore incredibile, è magrissimo, ma a crono è un califfo.

Io prevedo ciclismo Cool
Ma come andava oggi sul Manghen? Wub

Prima top-10 in un GT in cassaforte. Al secondo tentativo a neanche 22 anni.

Peccato che corra in una squadra ove lo spazio è sempre molto poco.
Perché ha già corso la Vuelta? :o credevo fosse al primo Gt
Si ha corso la Vuelta 2018 ma si è ritirato verso metà.
Dovrebbe essere il 4° nel nuovo millennio, dopo Schleck, Gesink e Pinot, a concludere nei 10 un GT in età buona per correre ancora tra gli U23.

Grande Pavel Wub
Speriamo non faccia la fine dei tre sopracitati  Asd (anche se per le statistiche uno avrebbe anche vinto un Tour) 

Comunque bravo, non ha avuto passaggi a vuoto e l'ultimo giorno andava anche parecchio forte  Ave
Pagine: 1 2